Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12 février 2015

La colère monte à Mudaison autour des nuisances de la LGV

Article paru dans le journal "L'Hérault du JOur" du mercredi 11 février 2015                    

  •                            Après Baillargues, les manifestants ont bu un chocolat chaud et mangé des crêpes à Mudaison. Photo DR Après Baillargues, les manifestants ont bu un chocolat chaud et mangé des crêpes à Mudaison. Photo DR L'utilisation de l'article, la reproduction, la diffusion est interdite - LMRS - (c) Copyright Journal La Marseillaise                                    
 

Contournement Nîmes/Montpellier. Après un rassemblement à Baillargues, dimanche, une réunion est prévue ce jeudi 12 février pour l'obtention de protections sonores.

Le village de Mudaison, (2 600 habitants) dans la plaine du Pays de l'Or, ne se résout pas à entendre passer les trains du contournement Nîmes/Montpellier, sans être protégé de leurs nuances sonores. La ligne passe en effet à 80 mètres du bourg et à 15 mètres de certaines maisons de la zone artisanale du Bosc qui de fait perdent toute leur valeur.

C'est pourquoi dimanche, l'association « Protégeons Mudaison », montée fin août et qui compte déjà 300 adhérents, avait appelé à un rassemblement. Plusieurs centaines de personnes ont répondu à l'appel et ont investi la gare de Baillargues.

« Une grande mobilisation qui fait chaud au coeur », commente Pierric Loubat, président de l'association, qui pense que quand un « élan citoyen » s'empare d'une revendication, tous les espoirs sont permis.

C'est que les habitants de ce village proche de Baillargues et de Lansargues, ne pensent pas pouvoir supporter les 85 décibels de TGV destinés à passer toutes les trois minutes. Et notamment l'été quand les fenêtres sont ouvertes ou que l'on veut manger dehors.

A Baillargues dimanche, signe que la mobilisation est forte, la plupart des élus du coin (ceux notamment de Saint-Aunès et Candillargues) étaient présents, du député PS, Patrick Vignal, au maire UMP de La Grande Motte Stéphan Rossignol.

Ce qui exaspère les habitants, c'est évidemment « qu'aucune protection sonore digne de ce nom n'ait été prévue », c'est aussi « le mutisme des responsables de la ligne à grande vitesse ».

Le responsable d'Oc'Via, le groupement d'entreprises qui réalise les travaux, a bien annoncé l'élargissement des remblais au niveau de Mudaison, en attendant que les problèmes de financement que poseraient de nouvelles mesures acoustiques soient réglés, mais cela ne satisfait pas Pierric Loubat. « Si on ne fait pas de fondations, il n'y aura jamais de murs anti-bruits suffisants », pronostique celui qui voudrait que RFF sorte de son silence.

Forts de l’appui des élus régionaux, des villages voisins, et du dynamisme de Protégeons Mudaison, les Mudaisonnais envisagent des actions désormais plus « musclées » : blocage des travaux aux abords du village, des trains à Baillargues, manifestations à Montpellier etc. Une réunion est organisée demain pour une proposition globale qui sera faite à RFF.

 

A Valergues aussi

A Valergues, ça grogne également. « Nos élus des différentes municipalités ont laissé croire aux Valerguois que ceux qui proposaient de défendre le village le faisaient avec des arrières pensées politiques. Aujourd'hui Valergues est sacrifiée, déjà nous perdons un arrêt de bus, une entrée à l'Ouest (par le chemin des lognes) et bientôt nous ne pourrons plus nous rendre directement à Saint Brès par le chemin bas. Nous ne savons toujours pas ce que le maire de Valergues Jean-Louis Bouscarain et Philippe Bocquet premier adjoint ont négocié avec Oc'Via. Ce que nous voyons ce sont les remblais qui montent et les nuisances qui vont se préciser », déclare Eloi Martinez, conseiller municipal de Valergues qui avait demandé une tranchée couverte pour le TGV. « Si nous avions été suivis, Valergues et Mudaison notamment seraient épargnées par les futures nuisances », dit l'élu qui soutient le combat de ses voisins.

A.M.

16:30 Écrit par Eloi MARTINEZ | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | |  Imprimer |

Commentaires

Pour nous qui habitons de l'autre côté de la 113, côté Saint Genies des Mourgues il est pratiquement impossible, à moins de faire un détour de quelques km, de nous rendre désormais à pieds à Valergues.
Il m'arrivait également parfois de traverser à pieds pour prendre le train afin de me rendre à Montpellier hélas....
L'arrêt de bus à lui été purement et simplement supprimé.
La ligne LGV... quoi?...pour faciliter les transports en commun!..... ou enrichir quelques magnats des travaux publics avec la complicité de municipalités peut scrupuleuses et peu attentives au bien être des citoyens.

Écrit par : patricia | 16 février 2015

Les commentaires sont fermés.