Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11 février 2015

Ménard le porte flingue du FN

la-nouvelle-campagne-publicitaire-de-la-ville-de-beziers_1305395_667x333.jpg

Affiche de la mairie de Béziers

Robert Ménard le maire de Béziers (extrême droite soutenu par le FN) vient de sévir en faisant l'apologie des armes à feu. Une affiche payée aux frais des contribuables vante les armes à feu comme étant amies de la police municipale.

Irresponsable? Non! Extrémiste! Voilà ce que les représentants du FN où ceux qui mangent dans la même gamelle nous réservent s'ils accédaient au pouvoir: la haine et l'intolérance, l'apologie de la violence, l'exclusion. Que cherche Ménard? Faire parler de lui ou faire de Béziers un laboratoire de l'extrême droite?  En tant que conseiller municipal de Valergues, donc élu dans ce département, je dénonce cette grave dérive et demande au Préfet d'intervenir pour faire retirer ces affiches indignes. Quel exemple donne t-on à Béziers à la jeunesse, une mairie avec à sa tête un disciple du far west. Il y a mieux à faire pour retrouver les valeurs de la République, donner les moyens aux éducateurs, à l'éducation nationale, à la culture, au sport...

Eloi Martinez

Conseiller municipal de Valergues

 

Réaction ce soir de Bernard Cazeneuve Ministre de l'Intérieur:

 

Le ministre dénonce "l'outrance de cette campagne"

 "Dans la République, les symboles que l'on choisit ont un sens. L'arme est, pour les forces de l'ordre, un moyen dont l'usage est, comme chacun le sait, strictement réglementé. Leur mission est d'assurer la sécurité de tous les Français.
L'outrance de cette campagne ne peut qu'aboutir à de graves contresens. Réduire l'action des forces de l'ordre à leur arme, c'est en premier lieu méconnaître la conception qu'elles se font de leurs missions."

 

 

 

Ci-dessous le courrier d'Aimé Couquet élu de Béziers au sous-Préfet

 

 

4102478300.jpg

 

Ci-dessous un extrait d'un article publié sur le site de Libération:

«Il fallait quelque chose de percutant»

Contacté par Libération, Robert Ménard explique que la campagne publicitaire a pour but de prévenir les délinquants que «les règles du jeu ont changé» et d’informer les Biterrois que la promesse de campagne d’armer la police municipale et de la faire travailler 24h sur 24, 7 jours sur 7 est tenue.

Nullement question de provocation pour l'élu «quand on parle d’armer les fonctionnaires l’image d’une arme va de soi. Nous voulions éviter de faire une campagne institutionnelle, il fallait quelque chose de percutant». Quant à l’emploi du mot «ami», Ménard persiste et signe : «Oui c’est un ami, un atout même.» Et de poursuivre : «Ce n’est que de la pub, ce n’est pas un article de fond non plus !»

Pour Jean-Michel Du Plaa, responsable PS à Béziers, cette décision appartient au registre de la «provocation» ayant pour but de «faire du maire le centre de l’écho médiatique». Déjà opposé à l’armement de la police municipale, estimant qu’elle n’a pas vocation à interpeller les criminels ou les délinquants, le conseiller municipal condamne la surenchère du maire : «Il y a un mois, c’était les deux chevaux de la police montée, le mois d’avant, des chiens policiers et maintenant ça. La semaine prochaine qu’est-ce que ce sera ? Des véhicules blindés antiémeutes ? Béziers, ce n’est pas les quartiers Nord de Marseille.»

Mais, ce que l’élu craint avant tout, c’est de voir les policiers municipaux transformés en «cibles», l’affiche laissant croire qu’ils sont tous armés alors que «seulement 4 ou 5 fonctionnaires sur les 40 que compte la ville ont l’autorisation».

Au Syndicat de défense des policiers municipaux (SDPM), bien que la décision d’armer les représentants des forces de l’ordre soit saluée, on juge la campagne «très maladroite», voire «scandaleuse», la police municipale ne cherchant pas «de nouvel ami», mais «seulement à se défendre et à défendre les administrés».

Dominique ALBERTINI et Hugo PASCUAL

 

ménard far west.jpg

photo montage (dr)

 

 

Les commentaires sont fermés.