Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06 décembre 2010

Histoire des 30 dernières (1)

Cette année, cela fait trente ans que nous nous sommes installés dans ce village. J’ai pu ainsi vivre, soit en témoin soit en acteur pendant ces trois décennies, un certain nombre d’évènements qui ont marqué la vie de Valergues. Le blog « Vivre à Valergues » ouvre donc cette rubrique qui sera publiée régulièrement afin que les anciens se remémorent et pour que les nouveaux qui n’ont pas connu cette période ou une partie de celle-ci découvrent un peu l’histoire du village lors de ces trois décennies.


Nous étions alors moins d’une dizaine de familles de néo valerguois et notre intégration dans la vie du village s’est faite d’abord par le biais de l’école Marcel Pagnol où nos enfants étaient scolarisés. Le directeur de l’école primaire était alors monsieur André Ausset et la directrice de l’école maternelle était Frédérique Ginesty. 

En 1980 le village comptait un peu moins de 600 habitants, la surface cultivée en vignoble et en arbres fruitiers était encore assez conséquente et la population restait de façon importante encore de souche villageoise et agricole.

Dans les années 80 il y avait chaque année encore près de 70 déclarations de récolte enregistrées à la mairie. La quantité de vin récoltée était d’environ 10 000 hectolitres et la superficie exploitée sur la commune d’un peu plus de 100 hectares. Le Maire d’alors s’appelait Maurice Munch, d’origine de l’Est de la France ce retraité ingénieur du pétrole s’était installé à Valergues. Elu maire en 1977 à la suite d’Alfred Rivière, il sera battu aux élections municipales de 1989 par Jean Rieusset. Maurice Munch n’avait rien d’un agriculteur mais son statut d’ingénieur retraité avait séduit les villageois.

Le budget de la commune  en 1980 était de 462 000 F pour le fonctionnement et de 713 000 F en investissement. De 1979 à 1981 l’augmentation des impôts locaux avait été de 26%.

Toujours en 1980 la commune emprunte pour le cimetière, l’école maternelle, les chemins ruraux et l’alimentation en eau potable.

Dans ses réunions du 30 décembre 1980, des 23 février, 6 avril, 24 avril et 12 juin 1981 le conseil municipal décide que la taxe de raccordement au réseau d’eau est fixée à 3700 francs (compteur et niches fournis par la commune). Le prix du M3 d’eau est fixé à 1,40 francs. Le prix des concessions au cimetière est fixé à 600 francs le M2.

 

 

Eloi Martinez

 

 

16:50 Écrit par Eloi MARTINEZ dans Histoire locale | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | |  Imprimer |

Commentaires

Pourquoi écrire ces lignes, l'intérêt ?

Écrit par : laurentfabius | 07 décembre 2010

Les commentaires sont fermés.